Ma passion simulée 

Passion
À lire avec « Je vole » de Louane

Définition: « sentiment vif, permanent, intense et parfois exclusif envers quelqu’un ou quelque chose; la passion peut parfois prendre l’allure d’une dévotion. » 

Source: Wikipedia 
Bien que je ne porte pas plus la chanteuse Louane dans mon coeur et dans mon répertoire musical, cette chanson correspond à la situation.

Vous à t’ont déjà demandé si vous aviez une passion ? 

En avez vous une ? 
Moi, non. 
Et cette « passion » me hante depuis quelques mois, années et me dévore. Je ne suis passionnée pour rien, beaucoup de choses m’intéressent mais je n’en suis absolument pas accro.

Beaucoup en on une. Un sport, une activité, un langage,…

Moi, rien, absolument rien. 
Cela a été prouvé, avoir une passion motive dans tous, elle envoie l’individu plus loin et l’encourage en le rendant plus fort et l’apprends à devenir un combattant, un combattant contre la société. 
Mais quand vous n’en avez pas comment faites vous? 
Vous êtes animés par rien, peu d’envie et surtout l’ennuie.

Le pire dans tout ça c’est l’exaspération de vos proches. Quand ils vous demandent ce que vous aimez vraiment faire et que vous en avez aucune idée, ils trouvent ça illogique, irresponsable et j’en passe. 
Alors, pour me sentir plus aimée et obtenir l’admiration de mes proches, j’ai essayé d’en trouver une. Peine perdue. 

Le sport, l’activité, l’art, la photographie, tout le plaît plus ou moins mais pas à en devenir une passion.
Alors je m’inquiète. Pour moi et pour mon avenir. Je me démotive trop vite et dans tout, aucune combattivité. 
Alors j’essaye de paraître responsable et en me donnant une passion simple. 
La seule chose qui pourrait être potentiellement une passion serait l’écriture. Mais j’écris seulement quand je ne suis pas au mieux de ma forme. Bizarre non? 
Mes parents ne me comprennent pas sur cela et sur beaucoup de choses autres aussi. 

Alors c’est pour ça que je veux « m’envoler », partir, faire la fête, rire, pleurer, chanter, danser, peindre, étudier, crier, me lamenter, faire la gueule, écouter, marcher, courir, prendre des photos, encore rire, encore pleurer, mais aussi écrire et surtout changer.

Me changer. 

Devenir quelqu’un et être fière de moi, de mon parcours, de ma famille.

Être fière et heureuse de ma simple vie. 

XXOC

Un mal pour un bien ? 

 Un mal pour un bien ? 

A lire avec « dressed in black » de Sia 
A l’aide. J’ai besoin de quelqu’un.

Quelqu’un qui pourrait m’aider, m’aider à trouver ma place et à m’épanouir dans ce que je suis et avec qui je suis.

Voyez vous, je ne rentre dans un aucun moule. 

Je suis personne pour personne est personne est pour moi. 

Je ne rentre pas dans le moule de la beauté, trop grosse, trop de fesses, pas assez de poitrine, les cheveux pas assez longs, une bouche pas assez pulpée et trip de boutons. Pourtant, j’en fais des efforts. 

Toutes ces filles qui perdent du poids, je voudraient être comme elles. Toutes ces filles qui attirent tans de garçons, je voudrais être comme elle. 

Certaines n’en on rien à faire de la beauté qu’elle dégage et tans mieux pour elles, mais moi c’est tout l’inverse. 

Je pleure, souvent, chaque soir, pour effacer le masque que j’ai porter toute la journée.

J’ai mal aux yeux, aux temps à force de pleurer. 

Je ne rentre pas non plus dans le moule scolaire, trop bavarde, trop dissipée, trop peu assidue. 

Il faut dire que la motivation est rarement avec moi. 

Les profs me qualifient comme étant un cas « désespéré » qu’on laisse au fond d’une classe faire son bazar.

Je ne rentre pas non plus dans le moule de la vie familiale. 

Je souffre, alors je déverse toute ma haine vers mes parents, mais ils ne le comprennent pas. Comment leurs dire? 

Alors je suis délaissée, mise au second plan, qualifiée comme une fille « têtue », »rebelle », »agressive » et j’en passe des viens meilleures.
Je pourrais me créer mon propre moule, oui. Mais je n’en ai pas envie. Je ne veux pas qu’on me regarde comme étant une fille anormale, bizarre. 
Alors je souffre, et tout ca en silence. Ça fais un bon petit moment que je suis dans cet état mais j’ai compris depuis peu que la cause était mon mal être intérieur. 
Mes amies l’ont découvert, et je me sens gênée comme mise à nue devant des gens qui ont des facettes que je ne connais pas. 
Je veux juste m’enterrer dans mon lit, y rester 20 ans, sortir pour voir si le monde a changé, puis retourner dans mon lit parce que non, il n’a pas changé. 
Il ne changera jamais.
Dit moi, toi, est ce que tu l’as ton moule? Est ce que tu est accepté par les autres, ou bien rejeté ? 
Je veux juste de l’aide mais personne ne me comprends vraiment, je ne veux pas embêter mes amis, encore moins mes parents qui eux rigoleront en entendant ces propos. 
Un jour, quelqu’un leur aura montré mon blog et peut être ca sera une délivrance. Ou peut être pas. Meme pire, je finirais en hôpital psychiatrique. Avec des fous. 
Je vous assure, je ne suis pas folle, j’aimerais juste des fois allez voir autre chose. 

Ça n’arrive qu’à moi

Lisez cet article avec « Runnin » de Beyoncé et Naughty Boy.

Je ne me suis jamais sentie aussi seule. Perdue et complètement désorientée. D’habite quand je déprime, la musique devient soudainement ma meilleure amie. 

Mais là aujourd’hui rien de tout ça. 

Je ne supporte plus personne, ni mes parents ni mes amis ni quoi que se soit. Pas même ma chambre.

J’ai besoin de changer, j’ai besoin d’autre chose mais je ne sais pas de quoi. 
Personne ne me comprends et je ne comprends personne pas même mon propre corps. 

Je ne suis pas malheureuse comme j’ai un toit, une famille, des amis mais je le suis à l’intérieur de moi, mal dans ma peau mal dans ma tête, mal dans ce monde dont toutes les personnes se ressemble. 

Je n’arrive plus à voir mon clavier, brouillé par mes larmes de rage et d’incompréhension comme je ne vois plus mon avenir. 

Avant je me voyais avocate à Paris avec une très bonne situation, mais maintenant tout est flou. 

Quand on me demande ce que je veux devenir j’hésite à repondre « je ne veux pas devenir, je veux voir autre chose, voir si je manque à des gens voir si je suis aussi inutile qu’on le prétend. Je voudrais mourir » mais je répond ce que je voyais avant dans mon avenir. Je passe tout de suite moins pour une folle. On se moque toujours des personnes qui ne vont pas bien, qui cherche quelque chose à quoi se raccrocher. Au lieu de leur donner de l’aide, on les enfoncent, on les maltraites. Mais sachez que la roue finit toujours par tourner, c’est pour ça que je reste, j’attends que ça soit mon tour, qu’enfin on m’appelle, qu’enfin je serve à quelque chose.
N’allez pas croire que je suicidaire, je suis malheureuse en moi, voilà toute la différence.

Je n’ai aucune solution pour m’évader, et tans mieux. 

Au lieu d’être actrice de ma vie, j’en suis une simple spectatrice.

La fille qui rigole beaucoup, fait rire n’est pas moi. C’est mon subconscient. 
Alors j’attends. C’est toujours mieux de savoir de quoi on est malheureux plutôt que de se terrer dans quelque chose qu’on ignore.
Alors je prends mon vélo, je pédale, je pleure, je ris de ma honteuse vie, je trouve un banc et je m’endors. Ensuite, je repars comme si rien ne s’était passé. 
D’ailleurs, il ne s’est rien passé.

Une famille vaut plus que n’importe quelle richesse au monde

Ce soir c’est un article un peu spécial que j’écris.. 

Lisez le avec « Shura-White light » c’est une musique un peu plus dinamique que d’habitude mais bon, il faut savoir changer ! 

Je suis donc de très bonne humeur, et j’ai envie de faire quelque chose de plus positif que d’habitude, parce que beaucoup de choses sont à apprécier dans ce monde de brutes.

En particulier la famille. Une chose simple, que certains considère comme banale, logique mais.. Beaucoup en sont privé. 

J’ai la chance d’en avoir une, complète, réunis, aimante,…

J’ai donc réfléchis à un monde sans mes proches et la conclusion n’a pas été positive.

Au debut, en temps qu’ado c’est génial, vous avez la maison pour vous tout seul, on enchaine donc les soirées entre amis qui finissent généralement mal.

On commence a se lasser de faire soirée sur soirée avec des gens profiteurs, égoïstes et stupides qui ne sont là que pour l’alcool et la fête. 

On regarde la télé, qui ne marche plus parce que personne ne paye la facture. Idem pour l’eau et (malheur) pour la connection internet.. Et vous mangez quoi a midi? 

Vous manquez aussi d’affection, même si vous n’êtes en général ni câlin ni douillet ! Une mère aimante qui vous prépare à manger et un père qui contribue au bon fonctionnement d’un foyer commence a manquer..

Et les conseils? Les rappels à l’ordre?

C’est bien la première chose qui m’énerve, qui me fais devenir rouge a vouloir taper n’importe quoi ! 

Mais sans celles-ci qui nous dirait qu’on va trop loin, que ce n’est pas une bonne solution ?

Ce n’est pas en étant SDF, sans emploi et sans personne qu’il faudra demander de l’aide à ce moment. 

Des parents sont là pour aimer, aider, et secourir leur(s) enfant(s).

Aimer vos proches, tels qu’ils soient.

Ce n’est pas lorsque ils ne seront plus là qu’il faudra avoir des regrets en pleurant devant des photos et en répétant « et si, j’aurais du.. »

C’est maintenant.

Allez, arrête de lire mes conneries, lève toi de ce foutu lit et va serrer dans tes bras ta mère embrasse ton père et dit leurs que tu les aimes. Que sans eux tu ne serais rien. 

Des amis ne comptent pas autant qu’une famille. C’est une 2ème famille mais jamais la 1ère.

Fais en sorte que tes parents soient fiers de toi, qu’ils parlent de toi qu’en positive c’est la seule chose que tu peux accomplir facilement en étant ado avec un peu d’efforts.

J’ai déjà commencer a me rapprocher de mes parents, à vous maintenant.

N’attendez plus, bouge toi.

Je compte sur toi.

C’est maintenant.

XXOC 

Allez viens, dans mon monde 

Avant toutes choses, je vous demande de lire mon article en écoutant 

THE XX intro
song 
Cette chanson m’a beaucoup permis de réfléchir, à vous d’en juger. ||
La franchise n’est pas quelque chose de forcément acceptée dans la société actuelle. Personne n’aime savoir ses quatre vérités, ou encore avec qui son compagnon la trompe, tous ça a toujours été tabou mais il l’est encore plus maintenant.
Il vaut mieux fermer les yeux, faire comme si de rien n’était. Et c’est ce que savent bien faire les gens d’aujourd’hui, je pense même que certains politiques en sont diplômés ! 
Cet article, je pense, va beaucoup déplaire. Moi, je prends des risques du haut de mes 16 ans, j’ose dire les choses.
J’ai besoin de me défouler, voir une autre issue. Beaucoup me répète que mon caractère ne me menera a rien, que je dit trop les choses et qu’un jour ça me portera préjudice. Et alors ? Être trop gentil aussi ne porte pas préjudice ? Parce que j’ose parler, dire ce que je pense que je devrais être plus punie que les autres ? 
Oui, j’ose dire que ce monde est faux, hypocrite, viscieux, intolérant, rasciste et j’en passe ! 
Ca me dégoûte, il faut toujours être parfait, avoir une gueule d’ange et un corps parfait. MERDE ! 
C’est de plus en plus difficile. Difficile de se taire devant un homme prenant cinq places en étant allongé dans le tram alors qu’une grand mère attend gentiment que ce monsieur prenne conscience de sa connerie. Vous vous en doutez, il ne le fera pas. 
Je vais vous dire quelque chose, la peur domine ce monde mais un jour la haine et la souffrance prendront le dessus.
La plupart des gens ont peur et s’en remettent aux dirigeants, qui ont de l’autorité sachant eux même que rien ne marchera.
Tout le monde a oublié que les jeunes aussi ont le droit à la parole 
Chacun de nous est fautifs du monde dans lequel on vit. Trop médiatisé, trop insouciant, trop bête, pas assez franc. 
Les faux culs peuplent la terre et on enterre les personnes franches histoire que la vérité reste toujours sous leurs gros culs. 
Oui, j’ai peur pour moi, pour mon frère et pour tous les jeunes. Quel avenir nous est il destiné ? 
Je voudrais tellement changer les choses mais seule on ne peut pas y arriver. Avoir des ambitions c’est bien mais pouvoir les réaliser ensemble, main dans la main, serait un rêve.
Je rêve de vivre dans un monde où tout le monde pourrait se dire bonjour dans se sentir agresser, parler de tout et n’importe quoi avec des personnes célèbres, que chacun ait le droit à la parole mais pas par un simple vote. Qu’est ce que j’aimerais…
Alors voilà, toi qui lit cet « article » que je nommerais plus comme « brouillon », viens on parle, viens on gueule, on crie, jusqu’à en avoir le souffle coupé à ne plus pouvoir parler, murmure et crie aussi.
Dans ce monde tout est inconnu pour tout le monde.
Viens, on fait avancer la société d’un millimètre ! C’est déjà ça non ?
Rejoins notre communauté, un jour les ambitions deviendront réalité.
En tout cas je l’espere, mon rêve ?

Avoir un avenir.
XXOC

Moi, Océane 

Bonsoir,

Je m’appelle Océane et j’ai 16 ans. Je suis très attachée au milieu de la mode et de la beauté mais de plus en plus à celui de l’écriture. 

Au départ, je devais commencer un blog beauté afin de faire partager des conseils et des astuces. 

Mais des événements sont survenus dans ma vie qui me donne le besoin d’écrire, le besoin de m’exprimer. Certainement pas pour chercher du réconfort quelque part, mais plutôt pour me soulager.

J’ai déjà un carnet où j’écris. J’écris d’une manière assez particulière, enfaite je philosophie sur tout. 

Mais là, j’ai besoin de m’exprimer différemment. Autrement que pour moi, peut être aussi pour apporter du soutien auprès d’adolescents ou même d’adultes qui vivent ou qui ont vécu la même chose que moi.

Ce blog sera comme… Mon journal intime mais en beaucoup plus mature. Je ne vous raconterai pas mes amourettes et encore moins les problèmes avec mes amis.

Non. Je vous raconterais comment on se sent quand on est une jeune adolescente qui commence à avoir ses propres idées, ses propres envies, ses propres débats.. 

Je vous raconterai la vie, la société, le monde, d’un point de vue « jeune » et « insouciant ».

Cela passera par beaucoup de choses.

Vous devez certainement avoir une perception de l’adolescence bien négative. Un jeune qui se rebelle contre tous, qui n’accepte rien et qui veut se faire entendre. 

Vous avez vu juste, mais je tiens à justifier cette période qui n’est en rien facile.

Physique, mental, tout change ! 

Les adultes l’ont forcément vécus, mais s’en souviennent rarement. 

Un rafraîchissement de mémoire vous ferai le plus grand bien.

Je tiens à préciser que je ne suis pas écrivaine ni prof de français alors veuillez être indulgent de mon écriture et de la méchanceté que je pourrai avoir dans certains cas.

Ceci était une introduction, pour me présenter, afin que je sois plus a l’aise.

Je ne veux en aucun cas que mon blog devienne « populaire » mais avoir une communauté fait du bien. Je parlerais donc de l’existence de ce blog qu’à une amie, Chloé, qui partage aussi l’aventure du blog.

Restez connecté, ma première réflexion arrive très vite. Peut être même trop vite.. 
X OC